Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Le Mare Cillé chez le Preufet La Bouzatière

 

Avertissement : Toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé serait vraiment fortuite… C'est juste un essai de l'auteur du blog selon une histoire presque vraie...


« Pace que mon p’tit dé, o lé coume mon né, le va pas se saquer n’import’vour… »

 

politique.jpg

Un grand proujhet

- Un grand proujhet peure nout’ptit’coumune !

- Un proujhet quô fret bireuiller tous lé mares dau canton !

- Un proujhet coume yen voeuillons qu’i-un peur sieque !

Vlà ce que l’se sont dit au conseil municipau de la coumune…

 

Mais pardi, ô lé qô faut un budghet conséquent, et un pilot de subventions… m’en doute…

- Passe que nos administrés, lau verions pas de thiel’œil ! que décit  l’adjoint Poussabé.

- Ô lé cor pas un proujhet qu’i va été ésé à leu fére gober ! pétuchit la conseillère La Groge qua lé peurtant pas counue pour m’ner grand breut.

- Et qu’é tou que le Preufet l’va en penser ? d’mandit le conseiller Bellevue, un grou molasson.

- Mé, décit le mare Cillé, coume i le c’neussut, ô mé d’avis qu’au devrait ben li fare piasir ! L’a t’i pas dit quô flait vouere grand pour nout p’tite coumune. L’a t’i pas dit que peur nous autres… l’seré tout le temps là…

- Ô lé un gars d’parole, vous peuvez me crére, heuchit le conseiller Charles Magné, ou serét etoûnnant qu’thieu gars aurait pas un peu de sous à nous dounner !

- Et si t’allis le vouère ? Ô le ben té qué le mare de noute coumune ! racassit Rat Musqué thieu chéti gars de l’oppositian, en se foutant la goule de teurtous coume à soun’habitude.

- Et peurquoué pas ? que lui jheti le mare Cillé.

- Y vâ li téléphouné ! Et vl’a mon gars pendu au bout de l’ouillète de la beurlinouère...

 - V’nez dont d’main au tantôt après la soupe ! que décit le Preufet La Bouzatière !

- Beun, y s’ré là peur boère la goutte ! répounit le mare Cillé.

 

Ô ya des cons’yiers comme le père Grosbout qu’étians pas fiers, le disiant qu’leur mare y allait un peu fort avec thieu preufet qui peurait ben se foute en peutrasse.


Et pis, ô yavé les gars de l’opposition qu’étions pré’t à feure peuter zau goules.

Le couseil até convouqué peur le lendemain, à 6 heures dau soère, dé que le mare Cillé s’ret d’retour de la preufecture. Pace que thieu allé pas se mené à Angoulême de son pied d’azhar ! Ni en goronnière, ou en Citram !


L’en aurait pas peur lontemps avéc sa grousse voéture neuve que l’amusé pas, y vous-ô dit. Et pis, le savait que le revind’ret d’Angoulême avec dau bounes nouviaelles.

 

Le lendemain, le mare Cillé mangit tellement vite qu’l’faillit s’engouer en avalant les quates quieusses d’un demi poulet.

- Tu vas pas te faire ébazir peure thiell’affére ? que li décit sa beurgeoise, la Magdeleine.

- Ô lé l’affère d’au siécle ! le li répounit la goule pieine de froumage de bique.


tenue champ

 

Le sautit dans sa vouéture neuve, une vouéture acheti à terme. Quand le monde le voyant passé, le béssions vitement la tête en enlevant leurs bounnets ou leurs casquettes.


Nout gars s’rendit bon train à la préfecture, cul par dessus tête. Le traversit Villefagnan coume une éloise. Au mitan dau bourg, le faillit déteurvirer le curé La Goupillère qui se proumenait voiles au vent. Thiel écciésias’tique en faillit se casser le bénitier.


Thieu mare Cillé, l’avait’un macaron bieu-bianc-roughe sur son piare-brise, coume thiés députés, coume thiés minisces, et coume sartain de nou mares.

- O lété un sauf conduit, coume que l’dit… peur’que les gendarmes me foutiant la paix.

 

L’arrivi dare dare chez le Preufet La Bouzatière qui l’attendé en s’tornant les pouces.

- Vous v’la beun à l’heur ! que le décit, y seu bin coutent, pace’que mé, vous savez, j’éme ben les gars qui sont tôjour à l’heur. Et pace qui sait ce qu’y dit ! Dans thieu foutu pays chérentais, ô faut dire que les quarts d’heures leu comptant pas peure dau beurre.

 

Le mare Cillé était fiatté, si l’été à l’heure, ô l’été pace’que l’avé ben fouétté sa vouéture et, pas vu un poél de maréchaussée ben sûr !

 

- Alours ? Vous avez un grand proujhet ! que décit le Preufet  La Bouzatière.

- Ben ouais, que li répounit le mare Cillé en sortant une feûille toute chapeurgnée de’d’an sa poche de veston. Té… le vl’a ! que l’decit quand l’i tendissit.

 

Le Preufet La Bouzatière ajustit son lorgnon et bireuillit thieu papié.

- Fi de garce ! queu buffit thieu preufet, dans voûte coumune, thieu conseil… ô lé pas dau gars à s’moucher avec un dail !

 

Peurtant, l’houme d’Etat treuva quô’l’été un boun proujet qui mérité ben un jâli cô de pouce.

 

Le preufet demandit au mare de le seugue, après li, dans son bûrô. Une belle piace en effet, les murs étiant recouverts de pianches veurnies. Et pis pien de statues, et le portrait de nout’président, thieu la dau salon agricole. Une grande tablle au beau mi-tant de thielle piace, une tablie étounnante, créyé me z’en !

 

Le mare Cillé, quand qu’le la vu, thielle tablle, le manquit de cheurre de cul et d’sébaler su le parquet ciré.

- Ah ben Mossieu le Preufet, que decit-il, ô l’é pas les sous qui vous manquions !

- Les impouts, répounit La Bouzatière, y vint juste d’écarter ce qui me r’vint, mais y’en é pris un peu pi’us pour le cas, et pi peur vous étou ! Ben, peure vout’proujet ! Peure voute p’tite coumune.

 

La tabie d’au preufet était pi’eine de billets, dau grous billets, une couche ben épésse que le mare Cillé aurait ben émé fére feurlasser. Et pis ô lauré fait une belle paillasse !

- Zavez qu’a vou seurvir ! que decit le Preufet La Bouzatière

- A’bin ! Ô lé qu’ié jammé vu ôtant de sous d’un coup ! répounit le mare Cillé

- Et qui quô fait ? Sarvez vous dont. Sarvez vous, et pis si ô vous en faut pius, veu z’avé qu’a zou demander !

 

Le mare Cillé n’avait pas ameuné son bissac. L’zou fourit dans ses poches en vitesse, coume le put. Et pis l’zou tassit, l’zou tassit, lzou tassit…

Ben content nout’gars. L’se penchit jusqu’au g’neuil pour remercier thieu Preufet La Bouzatière.

- Vous êtes pas devant Dieu, pas d’vant le Roué… alors pas de génufiexion !  gueurmelit thieu brave houme, thieu coumune, eh bin tout ça, à zou’a bin mérité.

 

tenue villeThieu mare Cillé galopa jusqu’à sa voéture, et sans s’occuper des limitations de vitesse ni dau sens interdits, l’prenit sa route à toute beurzingue.

L’fut pas tard à la mairie !

- A ben te voél’a ! que li huchions le counseil municipiau en chœur complet.

- Coume veu véyé, y’seu d’ja d’r’tour ! braillit thieu mare Cillé.

 

Ses boun’gens d’adjoints étiant soulagés d’un grand bout. Mais l’opposition été varte. Peurtant, ô leur été d’avis qu’ô y’avé p’tét cor un p’tit d’espoir…

- Alours, as-tu vu le preufet ? d’mandit Ragondin en se teurnant les moustaches.

- Et peurquoué qui l’auré pas vu ? pétrassit le mare Cillé.

- Pace qu’ô lé un gars qui gîte pas avéc dô gars coume nous ! décit Ragondin.

- Ta-r’in compris, ô lé un boun gars. La’bin vu qu’nous, i’en avions de thieu bounes idées ! abattit le mare en rigolant coume au café le dimanche, quand que le côpé le jeu en tapant son manillon.

 

- Alours, dépeûche-te dont ! Mont’nous thieu grou chéque que’l’t’a fait ! gueurmelit l’adjoint Poussabé.

- Yé pas pu d’chéque qu’o ya de beurlos dans in froumage de réghime ! jhazit le mare Cillé.

- Tu te fou d’nous ? gueuliant comme dau zoueilles les deu rapiats de l’opposition.

- Méme pas ! rigolit thieu premier magistrat en fazant mine de trifouiller dans ses pouches.

 

Mé là, l’amusement dura pas toute la souérée. O fut’une aut’histouére. Et tôu d’in côt, mon gars d’vint orange, pis vert, pis rouge, pis vert, pis rouge... Le clignotait coume un girophare d’aéropiane !

- Qué t’ô don qui t’arrive ? li demandit soun brave adjoint Poussabé.

- Ô lé qui trouvllie piu les sous que l’preufet ma dounné ! decit le mare tout’émoyé.

 

Et le v’la qui retournit ses poches… Qui retournit ses poches… Qui retournit ses poches. Mais… A l’étiant teurtoutes vides !

- De tourner et de virer sû piace, ô suffit pas ! s’ébelliant Ragondin et Rat’musqué…

 

Mais ô l’été pas zeu qu’alliant feure poure au mare Cillé.

- Ô lé tout mé ça ! que decit thieu grou malin, y m’sé en allé trô vite à Angoulême, yé pas eu le temps de changer de thiulotte. Ma foé, y’auré pas du garder thielles qu’aviant les pouches peurcées…


Le s’mit à s’couer ses bas de jambières. Un d’abord, pis deux, deux malhoureux p’tits billets s’échappiant. Mais ô l’était tout !

 

La morale de cette histoire

Vous’autes ! Ô fôdré pas voère à rigoler, ô faut ben comprendre qu’ô l’été vos sous que le mare Cillé a peurdu. Et pis, thielle p’tite coumune, ô lé p’tet la vôut. Ô faudra sans doute teurper encore queuque’années, et voère un aut’preufet, peure t’aspérer un nouvia proujhet !

 

gros_feignant.jpg

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de artistesdeloubille.over-blog.com
  • : Chassino ombromane antipodiste international, Marffa la Corse dompteuse de fauves (et Martha la Corse), C. Lestin auteur de cartes postales en patois, plein d'artistes à découvrir...
  • Contact

Recherche

Croqué par Philippe Larbier

pbaudouin2.jpg