Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

LE CURÉ COLLIN… OU L’ANTIPAPE CLÉMENT XV

Lorsque nous avons prospecté autour de l’histoire de Loubillé, nous avons été interpellés par la « présence » d’un « Pape » à Loubillé. Nous pensions devoir consulter dans ses moindres lignes l’histoire de l’Eglise et de ses papes, qu’ils soient de Rome ou d’Avignon. C’est en fouillant une nouvelle fois le livre de Marcel Daniaud1 Et le site Internet de la commune de Loubillé, que la lumière a jailli…

« J’ai été enfant de chœur avec le Pape Clément XV2, nous a dit en souriant Michel Talbot que nous sommes allés rencontrer avec son épouse à Loubillé, il était ici pendant l’occupation, il avait une petite voiture, une Rosengart… qu’il menait grand train en lâchant le volant pour nous épater quand il nous menait à Couture, qu’il prêtait aux jeunes même non titulaires du permis ».

 

loubille_colin_1940_comm_antipape.jpgLe Père Collin et les communiants de Loubillé en juin 1940.


Clément XV a fait couler beaucoup d’encre. On peut consulter l’ouvrage d’Antoine Delestre : Clément XV prêtre lorrain et pape à Clémery paru en janvier 1985 aux éditions Presses universitaires de Nancy. Cet ouvrage, qui est encore disponible, décrit « L'itinéraire d'un personnage « extraordinaire » qui défraya la chronique dans les années 70, Michel Collin, religieux et prêtre lorrain, devenu chef de l'église Interplanétaire et installé au « petit vatican » de Clémery sous le nom de Clément XV ».

Un enfant de Lorraine

Michel Collin est né le 13 septembre 1905 à Béchy, un petit village de Moselle, près de Metz, dans une famille très catholique, il avait onze frères et sœurs. C’est le jour de sa communion que Jésus lui apparaît et lui assure qu’il serait prêtre, évêque, pape. D’où des études au séminaire, à Metz, puis à la faculté de Lille. Là, le 9 juillet 1933, il est ordonné prêtre par le cardinal Liénart.


Il débute comme professeur dans le Nord. Il est installé curé de Loubillé quelques temps avant la guerre (1938). « J’avais été son ami. Je possède encore de lui une lettre pleine de tendresse, datée du 8 janvier 1940 qu’il m’adressa « Aux Armées » écrit Marcel Daniaud. Quelle ne fut pas ma stupéfaction à mon retour de captivité, en 1945, d’apprendre son étrange comportement et le chagrin qu’il causait à ses supérieurs de l’Église. Fut-il traumatisé par ces tragiques événements de la défaite de nos armées et de la capitulation de la France ? Mystère ! »

 

eglise_2008.jpg

L'église de Loubillé en 2009.


En 1940, le Père Collin qui ne cesse d’agacer son évêque, quitte Loubillé mais sera parfois nommé curé dans diverses paroisses. En 1943, il soutient Léon Millet - dit le Chevalier blanc ou le Roi blanc - qui doit sauver la France. En 1946, il quitte sa congrégation des prêtres du Sacré Cœur de Saint-Quentin. Mais lisons Marcel Daniaud :

« Avant la guerre, il s’était occupé de la J.A.C., mais il fonda ensuite de nombreux groupements ou associations qui dénotaient chez lui un certain mysticisme. Il fut réduit à l’état laïc par l’Eglise catholique, le 17 mai 19513, en raison de son comportement d’illuminé. (…)

 

Michel Collin ne tiendra jamais compte de cette condamnation.

 

(…) Il poursuivit néanmoins ses activités intempestives, accompagné de son groupe de fidèles, à Paris, à l’Arc de Triomphe et sous la Tour Eiffel, ainsi qu’en Italie. Enfin, il se proclama Pape et prit le nom de Clément XV.

C’est à Clémery, près de Nancy, en Meurthe et Moselle, (…), où il s'installa en novembre 1960, (…) qu’il organisa « son Vatican ». Il portait toujours la soutane blanche. (…)

 

La légitimité de cet antipape est claire4 : c’est le troisième secret - qui se trouve enfin révélé - de Fatima annonçant la papauté de Michel Collin, couronné le 9 juin 1963, six jours après le décès de Jean XXIII. Clément XV illumine de sa doctrine la France comme la Belgique, la Suisse comme l'Allemagne. Il est assuré du soutien du pape Jean XXIII et de Jésus.


(…) Il recevait beaucoup d’argent de France et du Canada. Le directeur du centre des Impôts, ayant voulu mettre le nez dans sa comptabilité fut excommunié… C’était bien mérité ! (…)


Son règne s’accompagne de nombreux procès et condamnations. L’Eglise bien entendu, mais la justice aussi. Alors, Clément XV excommunie à tout va : des ministres, des inspecteurs des impôts, des journalistes, sans oublier les communistes et les francs-maçons.


(…) Michel Collin est décédé le 23 juin 1974 après une longue et douloureuse maladie : un cancer de l’œsophage. Nous ne jugerons pas. Il avait conservé dans ses égarements une certaine dignité sacerdotale. Que dans l’immense « Empire des âmes » où nous allons tous, il ait trouvé la paix, sa récompense et son repos. »

 

_________

1 « L’Histoire de nos villages. »

2 Selon Wikipédia : Clément XV (Michel Collin 1905-1974), prêtre du diocèse de Nancy. En 1963 une « révélation céleste » le désigne comme Pape sous le nom de Clément XV. Il prêche une doctrine ultra traditionnelle, additionnée d'une croyance dans les extra-terrestres. À sa mort en 1974, sa mouvance connaît diverses scissions, Gaston Tremblay (« Jean-Grégoire XVII ») est issu d'une de ces scissions.

3 Décret du 17 janvier 1951 : la Suprême Congrégation du Saint-Office réduit à l'état laïc le prêtre Michel Collin de la Congrégation des Prêtres du Sacré-Coeur, déjà démis et circulant à travers plusieurs diocèses et qui, souvent et sous de multiples formes, a violé les prescriptions des saints Canons. De même la S. Congrégation a dissous et a interdit de reconstituer l'association dont le titre est "INSTITUT DES APÔTRES DE L'AMOUR INFINI", que le prêtre cité avait prétendu fonder sans l'approbation de l'Autorité ecclésiastique compétente." (Notification de la S. Congrégation du Saint-Office (30 mai 1951). Acta Apostolica Sedes, XXXXIII, 1951, p. 477.)

4 D’après le site Internet :   http://www.gerard-collin.com/clement%20xv/index.htm 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de artistesdeloubille.over-blog.com
  • : Chassino ombromane antipodiste international, Marffa la Corse dompteuse de fauves (et Martha la Corse), C. Lestin auteur de cartes postales en patois, plein d'artistes à découvrir...
  • Contact

Recherche

Croqué par Philippe Larbier

pbaudouin2.jpg