Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 11:34

«Entre Sel & Terre» Association loi 1901 à but humanitaire

Siège social : mairie de Mansle, 16230 MANSLE
Contacts : Catherine RIFFAUD,  catherine.riffaud122@orange.fr ; Antoine GASSELING, antoine.gasseling@gmail.com

 

diapo4.jpg

 

"Sénégal, terre lointaine et d'aventure, pays du soleil, mais aussi terre d'accueil de fraternité et de convivialité. Tu n'en reviens jamais indemne. Car là-bas, il n'y a pas que le moustique qui parfois te pique la chair. Il y a l'homme qui te touche au coeur, quand ce n'est pas dans ta conscience. Impossible de vouloir se montrer insensible devant tant de chaleur humaine. Et l'envie d'échanger devient forte, trop forte.
Oui, mais échanger quoi ?
Nous avons ce qu'ils n'ont pas, parfois à profusion, et dans de nombreux domaines. Ils ont ce qui nous manque le plus: la joie de vivre, le sourire, le sens du partage et cette nonchalance qui fait dire que demain est un autre jour.
Alors évidemment, nous avons tous été contaminés par l'envie de se revoir et de mettre en mouvement un petit programme d'échanges. Nous n'avons pas la prétention de bousculer l'ordre établi, mais juste leur apporter une pincée de notre sel pour agrémenter et nourrir leurs terres et leur coeur.
Cette poignée d'hommes qui cultivent une terre ingrate sous le feu du soleil, qui arrosent de leur sueur ce que le sol veut bien leur donner, et qui malgré tout font vivre leurs familles avec fierté.
Quelle leçon d'abnégation et de modestie ! Comment cette souffrance au travail peut encore illuminer leur regard d'un large sourire ?
Alors, au final, pas question de se dire adieu. Nous avons une dette humaine pour ne pas dire humanitaire. Nous allons renouveler autant de fois que possible ces poignées de mains fraternelles par la promesse d'une collaboration qui se veut essentiellement technique et un peu économique.
Un appel a été lancé auprès de tous ceux qui disposent d'un peu de savoir, de culture, de temps, éventuellement de moyens … et surtout d'amour à revendre.
Merci pour eux !"


FICHE TECHNIQUE DU PROJET

Localisation : le projet se situe au bord du Lac Rose qui se trouve à environ 25 km au nord-est de Dakar, en bordure de l'Océan Atlantique. Les jardins du Lac Rose s'étendent au nord du lac, sur des terres sablonneuses et arides, aujourd'hui peu exploitées. Le Lac Rose, qui tient son nom par son eau de couleur rose grâce à ses micro-algues, est connu pour sa production de sel d'une part, et pour avoir été le point d'arrivée des fameux raids Paris-Dakar.

Etat des lieux : Une population agricole exploite tant bien que mal ces terres, profitant de la nappe d'eau douce existante à très faible profondeur. Cette eau apparaît en creusant manuellement des petites mares de 1,50m à 2m de profondeur, sur une longueur d'environ 6m. Chaque agriculteur maraîcher possède son propre point d'eau pour exploiter une surface de l'ordre de 1000 à 5000 m2, selon la main d'oeuvre disponible.
L'arrosage se fait manuellement en allant puiser l'eau avec des arrosoirs. Lorsque les légumes ne supportent pas l'aspersion (tomates, concombres, poivrons …) et lorsque le sol est en pente, il est nécessaire de façonner le sol en petits carrés d'un m2 plan avec une bordure pour retenir l'eau. Les travaux culturaux consistent en la préparation du sol, les semis ou plantations, l'entretien, la cueillette et surtout l'arrosage qui occupe la majeure partie du temps et qui rend très pénible l'activité.
Les légumes sont enfin vendus sur place à des marchands qui en font la revente à la capitale. Le prix payé est dérisoire et ne suffit plus à dégager le minimum pour survivre. Or le travail requiert une présence tous les jours de l'année, du lever au coucher du soleil.

Ce que peut apporter notre association :

  • Encadrement technique

Proposer un système collectif de pompage mécanique à énergie éolienne, le vent étant permanent ; créer des réservoirs disséminés sur les différentes parcelles, étudier un système d'irrigation. Par principe, la technique du goutte à goutte semble la mieux appropriée. Cette méthode consiste à mettre en place un réseau de canalisations et de tuyauteries dont les perforations correspondent à l'espacement des plantes. Elle présente les avantages suivant :
– nécessite peu de pression en amont
– apport de l'eau au pied de la plante
– pratiquement pas d'évaporation, donc optimisation de l'eau consommée
– plus besoin de façonner le sol en petits carrés plans
– dégager du temps pour assurer le repos nécessaire
– accroitre les surfaces de production

  • Aide au financement

Le financement de telles installations reste un problème majeur. Notre aide se portera sur la constitution des dossiers de micro-crédits, voire de crédits auprès des banques en élaborant les dossiers techniques et les bilans prévisionnels.
La part d'autofinancement sur le budget d'investissement pourrait être assurée en partie par notre association

  • Aide à la gestion et à la commercialisation

il ne fait pas de doute que les prix pourront être nettement améliorés si la vente s'organise de façon collective et non individuelle. Il faudra donc imaginer un système type groupement de producteurs, coopérative ou AMAP.
Pour rester traditionnel, la gestion pourrait être confiée à un groupement de femmes, mieux à même pour assurer une certaine rigueur dans cette tâche. Elles auront également la mission de veiller à la qualité de la production, sa constance et son conditionnement.
Une partie de la production pourrait revenir aux distributeurs existants, avec contrat en matière de volume et de prix. Une autre part pourrait être vendue en direct vers des collectivités, grands magasins et sur les marchés de la capitale.
Dans tous les cas, toute la production légumière inscrite dans ce programme devra être commercialisée par l'organisation qui aura été mise en place.

  • AMAP (Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne)

Dans le cas de constitution d'une AMAP, il serait bien d'étendre l'offre avec le concours des autres agriculteurs locaux. Il existe sur place de nombreux producteurs de fruits (mangue, orange, mandarine, ananas, banane, papaye ...etc), producteurs de viande (poulet, boeuf, mouton, chèvre…), producteurs de
lait.
Ce réseau devra donc s'équiper d'un ou plusieurs véhicules isothermes ou frigorifiques pour la collecte et le transport.
Il sera également nécessaire de disposer d'un ban sur un lieu de vente approprié (ex: marché Kermel et/ou différents points de vente sur les marchés de quartier). Pourquoi ne pas envisager à terme une certification ou une labellisation des produits proposés ?


Lire aussi : http://villefagnan.blogs.charentelibre.fr/archive/2014/06/08/courcome-festiv-afrique-entre-sel-et-terre-le-28-juin-185251.html

Repost 0
Published by artistesdeloubille.over-blog.com
commenter cet article
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 11:28

Dimanche 18 mai 2014, le foyer rural de La Forêt-de-Tessé organise une journée d'animations. A 9h, randonnées pédestre d'environ 10 km (départ de la mairie - inscription 3 euros). A 12h30, repas à la salle des fêtes (12 euros, boisson et entrée concert comprise).

A 16h, concert «Des cordes et de mots» à la salle des associations avec Simon Bouin (clic pour écouter). A noter entrée du concert seul : 3 euros.

Site Simon Bouin : clic !

Inscriptions pour le repas avant le lundi 12 mai, auprès de Véronique Roger, tél. 09.65.11.90.38 ou Arlette Queron, tél. 05.45.31.76.31 ou Françoise Ménard, tél. 05 45 31 68 55 ou Sylvain Barbier, tél. 05.45.31.68.91.

Repost 0
Published by artistesdeloubille.over-blog.com
commenter cet article
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 10:02

Table rase sur l'ancienne auberge du lavoir. L'établissement communal se transforme en «Logis des arts médiévaux» sous la forme d'un foyer rural avec taverne et auberge médiévale.

 

1paizay_naudouin_logis_medieval_0.jpg

Occitana a organisé une fête médiévale avec succès l'été dernier au château de Saveilles. Dans la commune les bénévoles ont été nombreux à prêter main forte. Un vrai coup de foudre ! A tel point qu'Occitana a décidé de se poser dans le bourg. Avec entre autres projets celui de créer un site médiéval sur l'ancien terrain du concasseur de pierres.

 

affiche_logis_pne.jpg

«Gérant après gérant l'auberge du lavoir, propriété communale, nous semble ne plus être une affaire viable à Paizay-Naudouin, résume Michel Gall, maire de la commune, avec le conseil municipal nous avons posé la question du devenir de cet établissement.» D'où la décision de mettre l'auberge à la disposition des gens d'Occitana pour en faire un lieu d'exposition. Et d'y faire germer l'idée d'un foyer rural associatif géré par l'association ''Terre de la Croix''.

L'établissement n'est accessible qu'aux membres mais la cotisation ne coûte que dix euros l'année. ''Terre de la Croix'' a vu affluer les bonnes volontés.

 

1paizay_naudouin_logis_medieval_1.jpg

 

Des gens donnent un coup de main. Au rez-de-chaussée se tiennent la taverne et les cuisines (1), à l'étage la salle d'exposition. La décoration de la taverne est sobre, mais efficace. La mascotte de l'association - un renard, goupil rusé, malin, et humble - veille sur le public. Les tables et les bancs sont l'oeuvre de bénévoles. Le bar où l'on pourra servir des alcools (sauf 1ère catégorie) s'est fait médiéval. Dans les étagères trônent des poteries, des pintes, mais la fontaine à bière et la machine à café sont contemporaines. C'est avec une attention et présentation particulières que des bières et du vins entre autres de pays seront proposés, de même qu'hypocras et hydromel, à côté de boissons très actuelles. Le 15 mars la Saint-Patrick - et ses jeux de force l'après-midi dans le pré du lavoir - permettra de tester des variétés.

 

Des locations et des soirées à thème

 

Les murs, les embrasures, les portes affichent de jolies décorations façon trompe-l'œil. «Bon accueil et belle présentation !» assure messire Thierry Adam fondateur d'Occitana et terre de la Croix. Le mardi soir sera réservé à la communauté britannique, le jeudi soir aux associations (2). Le Logis sera disponible à la location, pour des rendez-vous privés, des repas de famille, des soirées costumées.

''Terre de la Croix'' se proposera de faire découvrir la cuisine médiévale, sur réservation, avec des soirées à thème. «Les gens pourront participer aux différents ateliers culinaires, apprendre à constituer un plat autour des épices anciens : cardamone, cannelle, clou de girofle, gingembre, expose le gérant, messire Thierry, les épices importés par les croisés s'inviteront ensuite.»

 

1paizay_naudouin_logis_medieval_3.jpg


La salle d'exposition a déjà reçu l'école communale. Test positif ! «Ce qui démontre l'intérêt de faire participer les écoles du territoire à cette exposition vivante et permanente» souligne Michel Gall vice-président en charge de la scolarité à la CDC Val de Charente. Cette grande pièce est organisée en ateliers : calligraphie, confection de cotes de maille, couture et vêtements, armement, salle de justice, etc. Occitana pourra y distiller ses précieux savoirs à longueur d'année.

(1) Le service restauration sera proposé ultérieurement.


(2) Ouverture et inauguration du foyer rural «Le Logis» le samedi 15 février à partir de 9h.

Les heures et jours d'ouverture seront par la suite les lundi et mercredi de 9h à 16h et de 18h à 22h ; vendredi et samedi de 9h à 16h et de 18h à minuit ; dimanche de 10h à 16h et de 18h à 22h. Contact : tél. 06 37 96 38 40 (heures bureau) ou tél. 05 45 71 00 18 (heures repas).


Le samedi et le dimanche, le service se fera en costume médiéval, des personnages en tenue d'époque déambuleront au sein du logis.


1paizay_naudouin_logis_medieval_2.jpg

 

Occitana est une troupe féodale et compagnie de spectacle de reconstitution historique, et une association médiévale portant le même nom (Occitana). L'association est faite pour proposer des ateliers pédagogiques, et non pas pour organiser des spectacles.

L'association qui s'occupe du Logis se nomme ''Terre de la croix'', elle est basée sur la commune de Paizay-Naudouin-Embourie.

Thierry ADAM est le président fondateur de la troupe féodale Occitana et de son association médiévale Occitana. Il est aussi le président fondateur de l'association Terre de la Croix laquelle est gestionnaire du logis et porteuse du projet du parc féodal.

Repost 0
Published by artistesdeloubille.over-blog.com
commenter cet article
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 10:45

 

Chaque mercredi (1), la salle des associations s'anime au rythme des bourrées et polkas d'antan. Le professeur d'accordéon diatonique bat la campagne pour dénicher de vieilles partitions.

accordeon_diaton_faye.jpg

Savoir jouer d'un instrument ancien, c'est bien ! Se réapproprier les airs préférés des anciens, c'est mieux ! Paul Grollier affectionne la danse et le chant traditionnel d'antan : «D'avant le musette». Quand il ne collecte pas, quand il ne joue pas devant un public, il est professeur au conservatoire d'Angoulême.

Depuis des lustres, il fouille toutes les sources possibles pour dénicher des partitions de l'époque. Il a consulté les ethnologues, les associations d'histoire, les antiquaires, les salons spécialisés, et les brocantes. «A la fin d'un cahier d'écolier on trouve parfois des chants, confie-t-il, les soldats recopiaient à la caserne des chansons fredonénes par leurs conscrits d'autres régions.» Le musicien historien est intarissable. «On dit que je suis un peu fou, sourit-il, mais c'est une passion débordante, et j'ai rencontré des spécialistes encore plus atteints, des gens du CNRS par exemple

Ses élèves auraient pu apprendre à jouer de l'accordéon chromatique. La peur des boutons ? «Non, même si le diatonique en possède beaucoup moins, explique une élève, moi c'est parce que cet instrument et les airs qui vont avec me font rêver et penser à mes ancêtres.» D'où le surnom de «boite à frissons».

Paul Grollier a apporté une pile de partitions : «La bourrée se dansait lors des fêtes balladoires, il y avait des chants traditionnels, pour Noël, pour la guillaneu (an neuf), les ethnologues de la SEFCO les ont collectés». Puis est apparue la polka... Ce sont les colporteurs qui vendaient des partitions à la campagne, mais en ville c'était un énorme marché. Vint la radio, le bussophone inventé par Michel Bussoz, cet appareil mécanique serait l'ancêtre du juke-box. Quant à lui, le disque a longtemps compté ses tours et ses petits sillons avant de se faire doubler par le CD. Etc.

 

Virtuose dans l'âme

 

Les doigts s'allongent, se tendent, se cambrent, le soufflet à punaises souffre, la mémoire des apprentis musiciens est en ébullition. Les diatoniques soufflent leur bonheur sans fausse modestie. Un jeune garçon de 9 ans avoue son plaisir, il s'exerce plusieurs fois par semaine, un quart d'heure à chaque fois. Il a choisi cet instrument : «C'est ça qui me plait !» Il est virtuose dans l'âme. Mais le maître doit le freiner : «Ralentis ! Si tu joues devant des danseurs, ils vont s'essouffler».

Paul Grollier s'intéresse aux chants des poilus, aux chansons de tranchées, recopiées sur un carnet, un cahier, et conservées par les familles même lorsque leur enfant est mort à la guerre. «Je n'ai jamais compris comment !» souligne le professeur de musique.

Avec Claude Ribouillot, musicien et écrivain, il a monté un spectacle : «Les chants de poilus. C'est une suite de chansons devant un fond de scène où défilent des photos de la première guerre mondiale et de poilus».

(1) Les cours sont donnés individuellement le mercredi entre 16 heures à 19h30. Contact et rendez-vous : tél. 06 80 00 93 14

Repost 0
Published by artistesdeloubille.over-blog.com
commenter cet article
2 novembre 2013 6 02 /11 /novembre /2013 16:09

«Migrating Art Academies» : Sylvie Marchand, artiste-enseignante, a animé à Villefagnan un atelier de création «workshop» intitulé «VOICES» auquel ont participé de jeunes artistes européens autour d'une création sonore collaborative ouverte sur le village. Villefagnan s'est convertie durant une semaine à l'anglais, à l'espagnol, au russe, etc.


sylvie_marchand_music_explor.jpg

Sylvie Marchand a invité en préambule à ce séjour deux intervenants spécialistes de musique exploratoire. Claire Bergerault, et Patrick Treguer.

Claire Bergerault a initié l’orchestre «Le Lobe» qu'elle dirige, «un ensemble de musiciens, chanteurs, et comédiens d’univers musicaux différents, privilégiant une musique acousmatique résultant des voix et d’instruments acoustiques ou électroniques». Elle avait apporté sa voix et son accordéon.

Patrick Treguer, est responsable du «Lieu multiple», secteur création numérique de l’Espace Mendès France à Poitiers. Il avait apporté son ordinateur et son violoncelle.

Cette rencontre musicale avait pour but de sensibiliser les jeunes artistes aux subtilités de la musique qu'elle soit d'origine électronique, vocale, accoustique. Et à ses possibilités en accompagnement d'une oeuvre vidéo, par exemple.

Claire Bergerault avait longuement exercé son organe vocal pendant que Patrick Treguer installait l'électronique avec Sébastien Legros, technicien de la Canopée.

Les artistes sont oreilles béantes, ils iront de surprise en surprise. Ils se laissent happer par la musique.

 

sylvie_marchand_music_explor2.jpg

Sur un tempo électronique, Patrick Treguer accompagne au violoncelle Claire Bergerault dont l'accordéon, à ses pieds, souffle son impatience. Enfin ! l'artiste enfile les bretelles. Dernière étape de la démonstration. Les jeunes artistes sont aux anges, comme s'ils avaient trop visité le Paradis d'une maison de Cognac.

 

J'ai appris l'accordéon à l'âge de 4 ans.

 

Sylvie Marchand entre en scène et lance l'échange entre musiciens et artistes. «Comment sentez-vous la réaction du public» demande une Lettonienne. «La musique, c'est une sensation intime, dit Claire Bergerault, quand je joue je ne sais pas toujours comment réagit le public.» Les jeunes s'avouent étonnés de ses prouesses vocales. «Chaque partie de la bouche a son importance dans la génération des sons. J'ai appris l'accordéon à l'âge de 4 ans. A 30 ans, mon père m'a conseillé de mixer ma voix aux sons de l'accordéon.» Elle rechausse l'instrument, pianote quelques notes mélangées à sa voix et, voilà une troisième voix virtuelle. «Cet effet prend de l'ampleur lorsque l'acoustique est excellente

Patrick Treguer, outre le «Lieu multiple», joue du violoncelle au sein de l'orchestre «Le Lobe» dont la musique est entièrement improvisée.

Le musicien a «collé» un micro sur le chevalet de son violoncelle. De là des possibilités d'arrangement avec l'ordinateur d'où jaillit l'accompagnement électronique.

Les jeunes artistes vont s'inspirer de cette rencontre avant de se jeter dans le milieu rural alentour pour collecter des sons originaux. Qu'ils arrangeront pour accompagner leurs oeuvres villefagnanaises.

Repost 0
Published by artistesdeloubille.over-blog.com
commenter cet article
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 18:35

On peut militer en vert et porter aux nues toutes les couleurs. Celles du Nord-Charente ravissent particulièrement le peintre Pierre-Marie Coiteux, il en apporte un beau témoignage dans ses expositions.

coiteux1.jpg

En généalogie, Pierre-Marie Coiteux est plutôt du genre carré. Il est né à Londigny en 1952. Il est bien connu des généalogistes du Poitou-Charentes pour rechercher des cousins même en Nouvelle-France. A la passion des arbres familiaux il ajoute son amour immodéré de la nature que son extrême sensibilité pousse à protéger. Cet ancien cadre dans l’industrie a pris conscience de la dimension politique de l’écologie dès 1974. Il fut maire adjoint de Sevran (93) avant de se poser à Theil-Rabier voici 5 ans.

Retour au pays natal pour en prendre plein les yeux ! Les couleurs du Nord-Charente séduisent ce peintre qui s'est perfectionné en région parisienne. «Pendant mes études à Paris je me suis senti attiré par la peinture. Dans la capitale, la peinture est en force, on peut admirer des originaux ! J'ai pris des cours mais j'apprends toujours, encore aujourd'hui.» Il avait rejoint le groupe des «Peintres du Marais» (http://www.lespeintresdumarais.fr/).

coiteux2.jpg

Il n'y a pas que le «vert» qui interpelle le peintre figuratif de Theil-Rabier. Ici les toits des maisons sont rouges vifs, les champs sont jaunes une grande partie de l'année. Les arbres paradent en roux. «Le sujet, le paysage, n'est qu'un prétexte à faire de la couleur» précise-t-il. Ces couleurs se fixent sur la toile comme par magie. Monts et vallées donnent le rythme. La peinture permet au peintre figuratif de Theil-Rabier de nous sensibiliser à l'environnement. Nous force à écarquiller les mirettes.

 

«Une rencontre colorée, pleine d'émotion»

 

La généalogie est source de bonnes surprises. En grimpant dans son arbre Pierre-Marie a rencontré sa cousine Isabelle (http://www.izacoi.com). Les deux peintres partagent l'amour de leur art qu'ils conjuguent avec les mystères de la généalogie. Un ancêtre commun est allé s'installer au nouveau monde dans les années 1670. L'an passé ils se sont donnés rendez-vous sous la pancarte «Rue des Coiteux» au village du Pouillaud à Empuré. Tout un symbole ! «Nous nous sommes raconté des histoires en couleurs et avons décidé de vous les présenter. Chacun a développé son langage propre mais ce n'est qu'une différence d'accent, la langue colorée est la même. Pourtant on ne peut se tromper entre le travail de l'un et de l'autre. L'envie, le besoin de peindre est identique, le résultat n'est pas dans une confrontation, mais une juxtaposition d'œuvres ayant la couleur et la nature comme points communs. Etait-ce dans les gènes, ce qui ferait que cette rencontre devait se faire ? L'une est jeune et vient du nouveau monde, l'autre est plus âgé et est du vieux continent, les choses sont bien équilibrées, bien marquées...»

Isabelle Coiteux n'a pu accompagner ses toiles en Charente cet été. Mais son cousin les expose à côté des siennes dans chacun des sites où il est invité à exposer.

Repost 0
Published by artistesdeloubille.over-blog.com
commenter cet article
22 mai 2013 3 22 /05 /mai /2013 22:53

On s'amuse avec La Papiou’s Family comme au jeu des sept familles... Il y a le grand-père et la grand-mère, le père et la mère, le frère et la soeur. Ils ont originaires du coeur du Poitou entre Melle, Brioux et Chef-Boutonne.


papious.jpg

La jeune Papiou’s Family née de l'inspiration du grand-père a créé sa base l'an passé à La Mothe-Saint-Héray en Deux-Sèvres. Une troupe visiblement autodidacte. Mamiou - la mamie - fait le clown hors scène et présente le spectacle. Son vocabulaire et ses expressions verbales ne surprendront pas les habitués du marché de Chef-Boutonne. Le grand-père Papiou est l'illusionniste de service assisté de sa fille pour faire comme les grands magiciens. Ses numéros font bonne illusion et les enfants spectateurs sont ravis de bonheur. Au moins autant que les mamans et les grands-parents qui les accompagnaient à Salles-de-Villefagnan dimanche.

 

 

Franck Piaugeard, alias Piopio, abandonne de temps à autre sa trompette pour chanter quelques succès. Il assure la régie son et lumière. Il est le roi de la fumée. «Chez nous faut savoir tout faire» dit-il. Ses enfants ne s'en laissent pas compter. La fille est sportive, facile à dissimuler entre deux couches de tissu, très habile sur son mini-mini vélo. Elle complète le programme avec son frère. Ce garçon très calme et assuré est très émouvant. Coiffé comme un tourteau fromagé - spécialité du coeur de Poitou - il a la tête de l'emploi, les postures appropriées, un comique naturel, il est époustouflant. Il sait tout faire, il est clown ou magicien selon besoin.

La Papiou’s Family propose des spectacles de rue, des animations musicales, de la magie et de l'illusion (http://papiousfamily.blogspot.fr/)

Repost 0
Published by artistesdeloubille.over-blog.com
commenter cet article
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 18:25

Villejésus, en Charente, canton d'Aigre, doit (selon le journal Charente Libre) sa renommée à la présence d'artistes et de comédiens qui ont fait de cette paisible cité le lieu de leur résidence secondaire.

Une aura discrète qui ne bouscule en rien la vie quotidienne dans le bourg et les villages.

Lire la suite...

Repost 0
Published by artistesdeloubille.over-blog.com
commenter cet article
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 22:48

L'association Yélémiséni organise des animations et recueille des fonds pour aider au développement des villages maliens au travers du soutien à l'artisanat et à la scolarisation des enfants. Yélémiséni propose ainsi une soirée repas spectacle en faveur d'écoles maliennes le samedi 13 octobre à la salle des fêtes de La Faye dès 19 heures. Le menu sera des plus africains avec du poulet yassa. Le spectacle sera confié à plusieurs groupes : Sang Mêlé (musiques et danses africaines), Serge (clown), Casamance (théâtre), et Break Dance. Partenaire : association «Plein Feu».

Repas et spectacle dès 19h : adulte 17 euros ; enfant moins de dix ans, 6 euros ; moins de cinq ans, gratuit.

Réservations : tél. 05.45.31.77.13 ou 05.45.30.35.56 ou 06.26.86.49.77 ; Email : yelemiseni@gmail.com

Repost 0
Published by artistesdeloubille.over-blog.com
commenter cet article
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 11:24

Après des passées en Haute-Saintonge (sud Charente-Maritime), Éric Nowak né en 1964 en Poitou (Civray, sud Vienne)réside en Gironde saintongeaise (Pays Gabaye : nord Gironde). Enseignant, il a écrit nombre d’ouvrages sur la littérature orale, les croyances populaires et la langue régionale de Poitou-Charentes et Vendée.

 

 

 

Le parler de Poitou-Charentes, Vendée... et Pays de Retz, Choletais, Pays Gabaye.

Le français standard, celui des dictionnaires classiques, est un mythe. De région en région, au gré de l’accent local, les mots changent de couleur et de relief. Ils sont parfois renouvelés par certaines constructions insolites mais surtout ils se mêlent souvent à des mots inconnus, même des habitants du département voisin.

Le Poitou-Charentes (Deux-Sèvres, Vienne, Charente, Charente-Maritime), la Vendée, mais aussi le Pays de Retz, le Choletais, et le Pays Gabaye relèvent de la même entité linguistique poitevine-saintongeaise qui, malgré de multiples nuances décelables d’un terroir à l’autre, possède une forte homogénéité.

L’auteur a enquêté plus de 25 ans avant de nous livrer le fruit de ses recherches.

De Abourde à Zou en passant par Benaise, Cagouille, Feurmoger, Gueurlet, Luma, Mogette, Parlange, Pochon, Since, Trochée ou Virouner, vous pourrez mesurer la richesse de nos parlers, vous aurez enfin la signification et la localisation précise d’un bon millier de mots ou tournures qui ponctuent la langue de tous les jours et sont une bonne illustration des particularités locales (géographie, histoire, secteurs socio-professionnels, traditions culinaires…)

 

Repost 0
Published by artistesdeloubille.over-blog.com
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de artistesdeloubille.over-blog.com
  • : Chassino ombromane antipodiste international, Marffa la Corse dompteuse de fauves (et Martha la Corse), C. Lestin auteur de cartes postales en patois, plein d'artistes à découvrir...
  • Contact

Recherche

Croqué par Philippe Larbier

pbaudouin2.jpg