Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2016 5 04 /11 /novembre /2016 10:52

Des spectacles naissent dans la yourte de Raymond Fiabane. Le prochain, Coct'Elles se file au plus que parfait avec trois amies mansloises (tél. 06 20 09 34 63): entrée en scène vendredi puis samedi à Goué chez des particuliers.

Le comédien Raymond Fiabane s'amuse à transmettre énergie, savoir, amour du spectacle. «Etre coaché par Raymond, c'est génial ! confient trois amatrices Mansloises, on apprend plein de choses, même des choses qui servent au delà du théâtre.» L’atelier «Les chercheurs d’art» prône la théâtre attitude ! Depuis février elles ont entrepris de jouer deux histoires de Cocteau - Coct'Elles - des cartes qui se mélangent ; au milieu des lettres d'amour de Jean Cocteau à Jean Marais.

Germaine - Marie-France Barbanchon - est soit gouvernante soit Emile. Différence : elle tait sa voix grave, passe une veste, glisse un chapeau ! Ginette - Cathy Riffaud - est en prison «la faute à un accident stupide». Louise - Evelyne Lac - chante dans les cabarets et attend Emile...

Répétition à Bernac, dernier filage !

Répétition à Bernac, dernier filage !

«On joue chez des gens, on apporte juste une petite table, un prie-Dieu, disent-elles. On reçoit de 20 à 40 spectateurs. On commence le 13 novembre.» Les autres séances se joueront selon les invitations des particuliers. «On aime la proximité avec le public» confie Evelyne. «Ce n'est pas du public, rectifie Raymond, c'est des gens !» Cathy opine : «Sur scène on ne voit pas le public à cause des lumières». Raymond éclaire : «Les trois filles jouent un monologue, elles ont besoin d'un partenaire - les gens - pour jouer à égalité».

«C'est maintenant qu'il faut qu'on s'amuse»

Raymond Fiabane a conclu : «Ca roule ! On est prêt pour la générale et on joue la semaine prochaine». Les cœurs battent, le doute est grand. Pourtant les comédiennes connaissent bien leur metteur en scène : «On a joué des années avec le FALM dont trois avec Raymond. Il est parti mais on a retoqué à sa porte car on s'est dit c'est maintenant qu'il faut qu'on s'amuse. Il nous a fait lire des textes et proposé Cocteau».

Le metteur en scène emploie la même énergie, déploie les mêmes méthodes pour coacher professionnels ou amateurs. Le résultat est bluffant ! «Le plaisir de travailler ensemble est partagé» disent ses élèves. «D'abord on pose le squelette du spectacle, puis le système nerveux, on glisse les organes vitaux, enfin la peau, les poils, les ongles et le vernis, s'amuse le comédien, et un peu de vanille. Et des tas de couches» Chaque répétition est une nouvelle aventure qui ajoute à la précision du geste, de la stature, du positionnement, pour aller vers la perfection.

___________________

Coct'Elles : trois dans la lumière, avec tapi dans l'ombre le gigolo, le mal aimé ou le mal amant, toujours présent par son silence fantomatique, sa belle indifférence ou son mépris narcissique. Tel l'opium qui accompagna Cocteau une partie de sa vie.

Derrière le tragique, il y a aussi la comédie, l'absurdité et l'ironie qui renforce la douleur de subir le mépris, le silence ou l'absence de l'être aimé. "Coct'Elles" est un mélange subtil tiré de trois œuvres de Cocteau :

- «le Bel Indifférent» (années 40 pour Edith Piaf) est le discours d'une femme : provocations, chantages et rappels à l'ordre. On y voit comment elle brûle toutes ses cartouches devant un homme impassible. Affaiblie, à sa merci complète, la femme se rend et lui annonce qu'elle accepte toutes ses tromperies.

- «Le Fantome de Marseille» (1933) est une plaidoirie devant un juge. L'ambiguïté d'une relation sexuelle avec un travesti va conduire une femme à commettre un geste stupide et fatal qui la poursuivra pour le reste de ses jours. Et pourtant toute son histoire avait commencé sur l'air d'un plaisant marivaudage.

- «Les lettres de Cocteau à Jean Marais» témoigne d'une relation qui ne pouvait pas durer et qui de passion ardente s'est poursuivie en une relation filiale.

Que des histoires qui n'arrivent qu'aux autres... à moins que les miroirs chers à Cocteau ne nous renvoient les images à nous-mêmes.

Partager cet article

Repost 0
Published by artistesdeloubille.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de artistesdeloubille.over-blog.com
  • : Chassino ombromane antipodiste international, Marffa la Corse dompteuse de fauves (et Martha la Corse), C. Lestin auteur de cartes postales en patois, plein d'artistes à découvrir...
  • Contact

Recherche

Croqué par Philippe Larbier

pbaudouin2.jpg